Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amour

Publié le par Cécile Crignon

Amour

- Je ne peux jamais répondre à la question " Que suis-je en tant qu'objet pour l'autre? Qu'est-ce que l'autre voit en moi qui cause son amour? ".

Il y a là asymétrie - non seulement la simple asymétrie entre sujet et objet, mais une asymétrie radicale traduisant une discordance entre ce que l'aimant voit dans l'aimé et ce que l'aimé se sait être.

Ainsi aboutissons-nous à l'impasse incontournable qui définit la position de l'aimé: l'autre voit quelque chose en moi, et veut quelque chose de moi, mais je ne puis lui donner ce que je ne possède pas- ou, pour paraphraser Lacan, il n'y a pas de rapport entre ce que l'aimé possède et ce qui manque à l'aimant.

L'unique moyen pour l'aimé de résoudre cette aporie consiste à tendre la main vers l 'aimant et à "payer l'amour de retour" - c'est-à-dire à échanger, en un geste métaphorique, son statut d'aimé contre celui d'aimant.

Un tel renversement désigne le point de subjectivation : l'objet aimé se change en sujet sitôt qu'il répond à l'appel de l'amour. Et seul ce renversement produit l'émergence d'un amour authentique: je suis véritablement amoureux non pas quand je suis simplement fasciné par l'agalma en l'autre, mais lorsque je ressens l'autre, l'objet aimé, comme fragile et perdu, comme " manquant de quelque chose " et que mon amour survit néanmoins à cette perte.

( Zizek, Métastases du jouir (1994), Flammarion, 2013, p. 151 )

Commenter cet article